Atelier d'Ecriture "PLUMALIRE" à Nice, Alpes Maritimes

CARABISTOUILLE - Acrostiche

C’est le grand jour ! la première fois

A quoi dois-je m’attendre ?

Réaliser mon envie, enfin

Apprendre encore

Bidouiller avec les mots

Ignorer le blocage de la page blanche

Sentir venir l’inspiration

Tendre cette corde

Oublier ses noeuds, la délier, l’assouplir

Usurper l’honneur de devenir auteur

Inventer un langage

Lire mes mots comme s’ils venaient d’ailleurs

Lire ceux des autres comme s’ils venaient de moi

Ecrire, écrire en jouant, écrire, écrire en jubilant !

Posté par plumalire à 15:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,


07 décembre 2017

Tourne-disque 5 décembre 5778 Quintine, poème provençal

Danse le jazz sur le tourne-disque
Battre la mesure me donne l’élan
Je puise l’énergie dans la rythmique du violon
Je sens venir la rupture de mon écorce
Sans transition

Dans le vent nait la transition
Bourrasque de feuilles sur le tourne-disque
Depuis mon fauteuil je prends mon élan
Et de mes deux bras j’attrape mon violon
De mon lointain passé je brise l’écorce

 La crique de mes souvenirs s’emplit d’éclats d’écorce
Je réunis mes forces pour maintenir l’élan
Jouer en boucle au son du tourne-disque
Comme un levier puissant permet la transition
Si long est le chemin qu’esquisse mon violon

Dans la poulie au rythme du violon
S’amorce l’acceptation devant le tourne-disque
Jaillit la musique enfouie dans mon écorce
Influence mélodieuse d’où nait la transition
Qui mène au ciel pur né de mon élan

Personne ne pourra plus briser mes élans
Enfin débarrassée de mon écorce
Je papoterai avec mon violon
Pour rendre possible toutes les transitions
Je valserai au grand jour au rythme du tourne-disque

Tourne le disque de mon élan sous l’écorce de mon violon
Transition vers un nouvel élan m’emporte le tourne-disque
Sous l’écorce de l’arbre, nait le violon

Sarah Lesselbaum

Cœur

Atelier d’écriture PLUMALIRE© du mardi 7 novembre 2017
THEME : Méli-mélo / la Métaphore – Nombre : 12

8 noms évoqués par méli-mélo

rime

mot évoqué colonne 2

Souk

plouk

idiot

Mélange

orange

fruit

Embrouille

bouille

vin

Danse

panse

vache

Prise de tête

bête

cow-boy

Patchwork

Cœur  (12)

amour

Eparpillement

vêtement

jupe fendue

Désaccord

port

tempête

 

Expressions sur la main : Jeux de main jeux de vilain/Prendre la main/Innocent aux mains pleines/S’en laver les mains /Comme les deux doigts de la main

                      

Il régnait dans cette sombre pièce un sacré souk.

Je devais partir mais pas avant d’avoir pris mon jus d’orange.

Nom d’une vache ! les étoiles s’éteignent à l’aube.

Alors pourquoi ne pas prendre également un verre de vin

Courir au clair de lune me semblera plus facile

Mais non, puisque les étoiles s’éteignent à l’aube.

Vin + orange ça fait un drôle de mélange

Je sortis en pensant que j’avais certainement une drôle de bouille

Tant pis, il n’y avait plus qu’à compter sur la débrouille !

Et pourquoi ne pas aller prendre un bon verre de jus de fruit chez la tante Marcelle !

Dans la rue j’avais la dégaine du... cow-boy.

Ne croyez  pas que je suis né de la dernière pluie,

Les passants ne croisaient pas l’idiot du village.

Je dois éviter la prise de tête,

Moi la seule chose qui m’habite c’est l’amour avec un grand A.

Bon si je rencontre une femme avec une jupe fendue je ne dirai pas non !

Pour l’instant rien à l’horizon !

Plus j’avance plus j’ai le cœur gros sans saveur .

Pourtant je suis une vraie colonne de feu sur les danses floor,

J’emballe facile la gente féminine,

Mais gare ! mes pensées s’éparpillent...

 Je dois reprendre la main.

Ma tenue de rocker ne me donne pas l’air d’un teen-ager.

Cependant attention comme dit le proverbe «  jeux de mains jeux de vilains »

Maintenant  mes vêtements me grattent.

C’est comme s’il existait un désaccord entre le haut et le bas

Pourtant ils s’entendent comme les deux doigts de la main

Je suis un innocent aux mains pleines monsieur le président.

Maudite tempête qui sourde jusque dans ma tête,

Je veux soudain m’élever au sommet de la BIG APPLE
Ha ! tiens il me semble que j’approche du port.

Je veux voir la GRANDE BLEUE et baiser comme une bête.

Mon cœur bat la chamade.

Ha! Tous ces chemins que nous n’avons pas pris

Tiens je deviens philosophe moi !

Je vais m’initier à la danse et m’en mettre plein la panse

Dans la première taverne venue sur le quai

Monsieur ? Vous savez ou est la mer ?

Ils l’ont démontée

Comment ?

 Qu’est ce que c’est que cette embrouille ?

C’est un vrai patchwork cette cité-pétaudière

Je ne suis pas un plouk !

Je veux simplement une plage, vous comprenez, pour faire l’amour.

Bon dieu je n’ai plus qu’à me prendre par la main et m’en retourner vers

Mes huit montagnes !

Je m’en lave les mains de l’amour

Brusquement une femme me tend son miroir où je vois mon teint changer de couleur

Et comme une couleur ne vient jamais seule

C’est toutes les couleurs de l’arc en ciel qui s’affichent sur mon visage.

Vite je cours, je grimpe pour retrouver mes bonnes vieilles biques.

Elles ne disent jamais non elles !

BONNET

  Chanson-Fic -  Atelier du 5/12/2017 

 Avertissement des idées reçues

Nez abimé, soigné par les sangsues

Les têtes bousculées et articulées

S'agitent comme des allumettes éparpillées

 

Refrain

Cervelle écrasée dans ce bonnet

Torture effleurée au bout du nez

Globule rouge, globule blanc sous pression

Bonnet trop serré, voici l'explosion

 

Psychologie de l'ordre cervical rouge (PDOCR)

Écriture effervescente dans les bouges

Réunion du Sang Chaud et de la Tête Froide (RSCTF)

Pour divertissement et assassinat

 

Refrain

Cervelle écrasée dans ce bonnet

Torture effleurée au bout du nez

Globule rouge, globule blanc sous pression

Bonnet trop serré, voici l'explosion

 

Réussir la brûlure violette au sang

Heurter les membres du corps comme un bing bang

Réveil des sens, la tête au bord du gouffre

Tempête d'esprit sous le bonnet s'engouffre

Le bonnet remède à tous les maux

De sang ou de tête s'éloignent à demi-mot

 

Refrain

Cervelle écrasée dans ce bonnet

Torture effleurée au bout du nez

Globule rouge, globule blanc sous pression

Bonnet trop serré, voici l'explosion

03 décembre 2017

Gamin.... Abécédaire

ATELIER N°3-ABECEDAIRE -17/10-J.HANKARD

SUR LE THEME DU MOT « GAMIN »EN INTEGRANT LES MOTS LIBELLULE, EPHEMERE, ETOILE, TENDRESSE, EXTASE , KALEIDOSCOPE, VANITE ET LA PHRASE « L’HOMME MARCHE PENDANT DES JOURS ENTRE LES ARBRES ET LES PIERRES OU L’ŒIL S’ARRETE RAREMENT SUR QUELQUE CHOSE, ET SEULEMENT QUAND IL A RECONNU LE SIGNE D’AUTRE CHOSE » ET EN SE SERVANT DES MOTS DU RESERVOIR

Apprendre, apprendre et encore apprendre c’est la mission d’un gamin dans la vie, qu’elle soit éphémère ou pas.

Bien lui en prend s’il trouve sur sa route une bonne étoile et beaucoup de tendresse.

Comme devant un kaleidoscope il n’a que le choix de s’immerger dans ses aspirations.

Derrière ces portes ouvertes il a un devenir formidable et devra être inventif car « L’HOMME MARCHE PENDANT DES JOURS ENTRE LES ARBRES ET LES PIERRES OU L’ŒIL S’ARRETE RAREMENT SUR QUELQUE CHOSE, ET SEULEMENT QUAND IL A RECONNU LE SIGNE D’AUTRE CHOSE »

Elever la barre toujours,

Fabriquer son monde,

Galvauder parfois comme une libellule car ce n’est qu’un enfant.

Haïr ne fait pas encore partie de son vocabulaire.

Il est pur et approche l’extase à chaque découverte.

Jouer c’est toujours apprendre,

Karateka de la vie, il

Lutte de façon formidable.

Merveille sans vanité, il quantifie ses possibilités.

Numéro 1 à la mémoire d’éléphant il est capable de tout.

Oreille affective il comprendra vite les ramifications et devra éviter les pièges trop mielleux.

Parfois parfait, parfois distrait, il avance sans ciller

Qui l’arreterait ?

Rien ni personne, sauf le doute, mais

Savoir est gratifiant, c’est une consolation.

Tout travers tortueux le ferait obliquer,

Un urticaire géant pourrait le tuméfier

Vérifions bien ensuite que sa volonté soit intacte,

Wigwamons avec lui un abri solide fait d’amour,

Xylographions sur son petit bureau des mots encourageants et perpétuels,

Yodlons ses louanges et portons le au

Zénith en le gardant à l’œil !

Posté par plumalire à 17:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


25 novembre 2017

Reflet dans un miroir

Reflet dans un miroir

Je me promène en me murmurant : « J’ai le cœur sur la main. Jamais je n’en viens aux mains. » Je vois une colonne de feu courir sur les huit montagnes. La forêt sent le rhum ! Les bûcherons y ont semé la pagaïe. On se croirait aux puces. Ce foutoir offret un mélange de couleurs de toute beauté ! Un vrai ballet russe qui se refléte dans un miroir.

Je bois le punch d’un verre couleur vitrail. Or une couleur ne vient jamais seule. Le feu du soleil la magnifiera dans le miroir. Ce feu empêchera que les étoiles s’éteignent à l’aube. Big Apple en viendra aux mains avec la perfide Albion ! Ce miroir, est-ce l’infini dans la paume de la main ? Y voit-on un reflet, celui d’un nid de mésanges ? Est-ce le miroir étonnant d’un capharnaüm ? Y découvre-t-on des loups prêts à mordre… Reflet ? Imagination ? Heureusement, les mains du miracle protègent les daims des loups.

Je continue ma promenade en monologuant sur le miroir, sur les effets miroir. Je me mets à courir. J’aime courir au clair de lune avec le vent sur ma joue.

Posté par plumalire à 19:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

Dans la jungle…. un homme attend

Atelier n°4 – Vous avez dit ….C

Le dialogue (entre un homme et une femme qui se rencontrent dans la jungle en utilisant son réservoir de mots évoqués par la jungle, l’homme et l’ombre plus ses expressions évoquées par le pied, et sans utiliser dire, parler et sembler)

-        Serais-tu assez courageux pour vivre ici ? demanda t elle au débarcadère où l’ombre clairsemait déjà des bribes de sauvagerie

-        Quelle mouche te pique ? ne peux-tu pas juste profiter de l’aventure sans te poser de question existentielle ?

-        Il ne s’agit pas d’une question simple je l’avoue ! je me demande en fait si tu serais à la hauteur en Tarzan, toi, si connaisseur en habitat animal ?

-         Retomberais-tu en enfance ma pauvre, le mythe de Tarzan et Jane t’as troublé à ce point ? Essaie de ne pas être bête comme tes pieds et soulevons le voile de cette impénétrabilité…on est venus pour ça non ?

-        Ok, je te prends au pied de la lettre ! je ne voulais pas assombrir la journée,  je te pensais assez nature et souple d’esprit pour t’imaginer autrement que pieds et poings liés à ta banque…Ici il y a de l’épaisseur au moins tu ne trouves pas ?

-        Oui, tu as raison, bien qu’insaisissable elle recouvre tout, mais la cruauté que je ressens dans mon quotidien trouve ici une raison d’être…Allez viens ma Jane allons prendre notre pied et ne pensons qu’à ça.

Posté par plumalire à 19:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

12 novembre 2017

NICE CENTRE JEAN MEDECIN 2 pièces à vendre Nice Etoile - 6ème étage - 44m²27 - 152000€ vue jardins et rue de Longchamp

F2 NICE CENTRE NICE ETOILE 44M² 27 - 6ME/6 ASCENSEURS - 152000€

NICE, 2 pièces 44 m² à Nice Etoile, avenue Jean Médecin, ascenseurs - 6ème /6 - immeuble sécurisé - orientation sud-ouest calme vue dégagée sur jardin suspendu avec un aperçu ville côté Dubouchage Victor Hugo - entrée avec 2 placards sols en marbre  travertin- living très clair avec climatisation- - chambre avec parquet, 1 placard-penderiecuisine semi-équipée, lave linge, lave-vaisselle, plaque à induction, frigidaire-congélateur, placards - salle de bains avec WC,  - cellier,  - chauffage et eau compris dans les charges (635/trimestre) -  taxes foncières : 865 (2016) - possibilité de parking, sécurisé 7/7 24/24, bail emphytéotique courant jusqu’en 2074 - Tramway ligne 1 (bientôt ligne 2 jusqu'à l'aéroport). Nombreux  commerces et bus.,

 Photos sur l'Album  0000F2NiceEtoile sur le côté du droit du Blog

mail :  lefevre.mariejoset@bbox.fr        ou            plumalire@free.fr 

tél : sms  ou whatsapp : 33616556001   ou          33980819617

 

 

Théâtre proposé par Monyk Closse

ATELIER THÉÂTRE ADULTES
(SALLE DE RÉPÉTITIONS REY SERRURIERS)

par le Collectif Mains d'Oeuvre

En plus d’une approche globale et ludique de la scène par le biais du training de l’auteur, nous proposons d’aborder cette année théâtrale par le spectre des acteurs. Chaque trimestre nous plongera dans l’univers d’un auteur classique ou contemporain. Etude des singularités dramatiques, recherche au plateau autour de scènes choisies, mise en scène. Explorer les esthétiques et les formes d’expression scénique, pour donner à l’acteur sa liberté de proposition et d’interprétation.

Public concerné : adultes

Mardi de 18h30 à 21h30 
Tarif : 170 €/trimestre
Nom du formateur : Jérôme Kocaoglu/Caroline Fay
Contact : 06 10 83 76 51 - c.mainsdoeuvre@gmail.com

Posté par plumalire à 10:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 octobre 2017

Calendrier du groupe 1 du mardi matin

Bonjour à tous et à toutes,

A partir de maintenant et jusqu'en janvier, seul fonctionnera le Groupe1A, le Groupe 1B est supprimé jusqu'à ce que les participants soient assez nombreux pour le maintenir.

Octobre : 17     Novembre : 7 et 21      Décembre 5 et 19      Janvier : 16 et 30

16 octobre 2017

PORTRAIT DE MON PROF DE GYM

C’est un personnage « puistaque *» !

Quand il est là on le sait et on l’écoute. Il en impose.

Même s’il est très musclé, il a une petite tête de noix aux yeux malicieux posée sur une nuque puissante. Son corps est malgré tout souple comme une liane, il prend son pied à le démontrer.

Ses consignes ne tombent pas dans l’oreille des sourds, on s’applique, on met du cœur à l’ouvrage et alors qu’il « manubile *», on transpire !

Vous l’imaginez, énergique et noueux avec ses mains mobiles et ses petits yeux pleins de vie ? Il ne manque plus que son gourmand sourire et le timbre bienveillant de sa voix pour que vous vous y mettiez aussi, non ?

 

*puistaque : puissant et stable comme une nuque

*manubiler : s’exprimer avec les mains

Galéjade - Séance 3 - Lire - Rêver - Ecrire - Abécédaire

Avez-vous le compas dans l’œil ,
Bravement vous avez questionné ma galéjade !
Cette cascade éphémère de mots élégants vous parait-elle kafkaïenne ?
Dans le blanc des yeux, je vous regarde comme j’observe les libellules et j’affirme :
En prenant la poudre d’escampette, vous n’êtes pas rusé !
Faut-il alors me justifier et par amitié vous l’expliquer sans vanité ?
Galéger est un plaisir, une ruse, un jeu onirique sur les mots.
Heureux celui qui n’hésite pas et arrive à en abuser jusqu’à l’extase !
Il ne faut pas  les brutaliser mais les transformer en joli kaléidoscope …
Kaléidoscope d’images indolentes suggérant parfois une île et ses plages de sable sous les étoiles.
L’œil s’arrête rarement sur quelque chose et seulement quand il y a reconnu le signe d’ autre chose
Maître de la mémoire, téméraire, il transforme et organise en périphrases et en images ces mots qui nous font les yeux doux
Naissent alors ces galéjades dont je vante et mesure l’astuce et qui se succèdent comme un jeu de dominos.
Osez, mon cher ami, apprécier avec tendresse les galéjades
Peut-être croyez-vous que ce ne sont pas des mots d’esprit
Revenez à plus de simplicité et xylographiez mes galéjades
Susurrez-les avant de vous endormir :
Transformez-les en chansons à yodler
Une ruse pour les faire apprécier !
Voyagez dans la fantaisie et l’humour
Windsurfez sur la yole des papivores
Xylophages,
Yoyotant et
Zézéyant

Portrait imagé de la Joconde

Ayant vu son portrait au LOUVRE à Paris et ayant été émue aux larmes ‌, je vais vous la décrire telle que je l'ai ressenti.
Tableau peint par Léonard de Vinci , la Joconde resplendit dans une salle du Louvre
Femme au regard énigmatique, yeux en forme d'amandes auréolées de traits parallèles et sombres.
Ses cheveux longs et épais qui  font sa force à la manière  de Samson, tombent tels des branches de châtaignes sur ses épaules.
L'ovale de son visage reflète un certain charisme, celui ci n'a pas échappé à l'artiste peintre qui à réussi a lui dessiner un nez parfaitement harmonisé avec tout l'ensemble.
Son oreille, que je devine absolue, apparait d'un rose vieilli par le temps, ressemblant à un papillon venu se poser par hasard.
Une jolie bouche en cœur s'évasant pour laisser paraitre un léger sourire telles des roses en boutons sur chaque commissure .
Sa main droite jointe sur la gauche repose sur ses genoux habillées de tissus imprimés d'onyx .
On devine des jambes longues et fuselées que le peintre a glissé sous sa jupe .
Son cœur est invisible, mais a battu la chamade au fil du temps .
Mon petit doigt me dit à la façon de ET " Téléphone Maison " je dois terminer.
Je viens de vous livrer " un vieux tableau " qui restera pour toujours intemporel et demeurera parmi les plus beaux.

G Margoni

Posté par plumalire à 12:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

JEREMIE - Séance 2 - Portrait

Malgré le CRAF qu’on lui avait offert (objet rond et lisse qui calme les nerveux),  Jérémie était très excité et très nerveux. Il parlait à tort et à travers et il avait la langue bien pendue et même la dent dure ! Il ne savait pas tenir un secret, jamais il ne réussissait à tenir sa langue.

Il était grand, élancé. Jeune, il avait de jolies boucles blondes et à présent il avait le crâne rasé aussi poli qu’un œuf. Très coquet, il allait s’habiller de pied en cap chez les plus grands couturiers. Il aimait aussi s’habiller à la manière d’artistes comme Aristide Bruant avec une grande écharpe rouge.

Jérémie avait le nez fin et espérait devenir un « NEZ » chez Fragonard. Il partait parfois seul dans la montagne à la recherche d’essences rares, mais comme il était tête en l’air, souvent il se trompait de chemin et revenait bredouille.

Lorsqu’il avait quelque loisir, il adorait jouer du luth : cela le calmait plus que le CRAF. Parfois il s’adonnait à des tours de magie et préparait des potions avec sa morsche (cuiller utilisée pour les potions magiques).

Sa sensibilité extrême, il la partageait avec les enfants  à qui il racontait des histoires en leur posant des devinettes jusqu’à ce qu’ils donnent leur langue au chat.

Jérémie était un homme distrait, mais sympathique malgré ses nombreux défauts.

17 septembre 2017

Calendrier et participations 2017-18

Adhésion annuelle : 25€

                                                  
1 séance
= 12€           5 séances=55€              10séances=100€
15séances=135€                                        20 séances et au-delà : 160€

Le Nombre de groupes sera  décidé en fonction du nombre d’adhérents en octobre.
Ateliers d’Ecriture Plumalire  Calendrier 2017-18 

Attention il y a 2 groupes du Mardi matin

 

MARDI G1A

MARDI G1B

MARDI G2

MERCREDI
G3 & G4

 SEPTEMBRE

12 & 26

19

12 & 26

13 & 27

 OCTOBRE

10

3

10 & 17

11 & 18

 NOVEMBRE

7 & 21

14 & 28

7 & 21

8 & 22

 DÉCEMBRE

5 & 19

12

5 & 19

6 & 20

 JANVIER

16 & 30

9 & 23

16 & 30

10 & 24

 FÉVRIER

13

6 & 20

6 & 20

7 & 21

 MARS

13 & 27

20

13 & 27

14 & 28

 AVRIL

9

2 & 16

3 & 17

4 & 18

 MAI

15 & 29

22

15 & 29

 16 & 30

 JUIN

12 & 26

5 & 19

5 & 19

6, 20 & 27

 JUILLET

 

2

   

 

17 séances

16 séances

20 séances

21 séances

Toussaint

Noël

Hiver

Printemps

Grandes vacances

 21/10 au 6/11

23/12au 8/1

24/2 au 12/3

21/4 au 7/5

7/7

 

04 septembre 2017

Bientôt venu le moment des inscriptions .....

Nous approchons du 12 septembre. Vous pouvez vous préinscrire par email

plumalire@free.fr  

en donnant vos préférences

Voici ce que vous devez connaître : les ateliers auront lieu :

MARDI  9H30-11H30                                        MARDI  19H – 21H

MERCREDI  9H30-11H30                                  MERCREDI  19H – 21H

 (en fonction du nombre d'adhérents, 8 maxi par atelier)

PARTICIPATIONS :

Adhésion annuelle : 25€                                         

+ Formule  à choisir :

1 séance = 12€                                 5 séances=55€                                                         10 séances=100€
15 séances=135€                              20 séances et au-delà : 160€

Le Nombre de groupes sera  décidé en fonction du nombre d’adhérents en octobre. La 1ère séance aura lieu le 12 septembre.

Calendrier Prévisionnel 2017-18

Groupes

SEPTEMBRE

Octobre

Novembre

Décembre

Janvier

Mardi

12 - 26

10 & 17

7 & 21 -

5 & 19

9 & 23

Mercredi

13 - 27

11 & 18

8 & 22

6 & 20

10 & 24

Groupes

Février

Mars

avril

Mai

Juin

Mardi

6 & 20

13 & 27

3 & 17

15 & 29

5, 19 & 26

Mercredi

7 & 21

14 & 28

4 & 18

16 & 30

6,20 & 27

 

Quels sont vos  7 mots préférés ;  vos 3 mots honnis.
Citer 5 titres de livres que vous aimez ou que vous aimeriez lire

Thème de l'année : Nous jouerons avec des expressions françaises sur des thèmes variés




 

 

Citer 3 de vos auteurs préférés

 

Posté par plumalire à 12:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 juin 2017

vacances et voyage

Bonjour a toutes et a tous...

 

Un petit voyage vers Nouméa et la Nouvelle Calédonie via le Japon et Sydney pour me ressourcer les neurones et aborder les prochains ateliers avec de nouvelles idées et propositions d'écriture. A très bientôt en septembre.

 

Amicalement

Marie José Lefèvre

 

Posté par plumalire à 02:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 avril 2017

ELINKINE

Elinkine[1] (Les Afriques) - Slam

Toubab, toi qui débarque à Elinkine,
T’as intérêt à prévoir la quinine !
Sous les tropiques, à l’équateur,
Moustiques et toi baignent dans la moiteur.
T’as beau sortir la moustiquaire,
A l’aube, t’es rongé d’urticaire.
Tout boursouflé, te voilà couvert de quolibets,
Qu’entonnent en rigolant mamas et talibés[2].
Immole un bœuf blanc aux ancêtres,
Apporte la Kola[3] rouge aux prêtres,
Va palabrer des heures sous l’flamboyant
En t’éventant de rameaux de banyans…
Tes bobos s’envolent en écoutant des fables,
Ainsi s’évanouiront  tes humeurs trop instables.
Toubab, tu guériras en goûtant l’atiéké[4],
Mais si tu le préfères, on te f’ra du mafé[5]
Qu’on déguste à Dakar ainsi qu’à Abidjan
Et qui font des prodiges autant qu’un talisman.
« Vivre déraciné, c’est vivre l’enfer
Mais avec nous, Toubab, faut pas t’en faire,
Chez les Wolofs[6] ou les Bamilékés[7]

T’es comme chez toi, c’est ça l’ubiquité.
Et comme tu es sympa, on t’a fait un grigri
Qui te stimulera pour la polygamie.
Là-bas, derrière la case, caché par l’hibiscus,
Le sorcier t’a sculpté un très joli phallus
Qui provoque chez les filles des éblouissements
Pouvant aller parfois jusqu’aux rugissements.
Quand dans la brousse en feu fait rage l’incendie
Sous le toit de la case, Eros, lui, sévit !
Tu vois, il faut venir bronzer à Elinkine
Où éclatent la joie et le rire des gamines.
Alors n’écoute pas les langues de serpents,
Et de l’Afrique enfin, cède à l’envoûtement.

Catherine L.

[1] : ville du Sud du Sénégal

[2]  Disciple d’un marabout

[3]  Noix contenant des alcaloïdes stimulants

[4]  Plat du Cameroun

[5]  Plat de l’Afrique de l’Ouest

[6]  Peuple du Sénégal et de la Gambie

[7]  Peuple du Cameroun

Séance spéciale : Le Printemps des poètes –Afriques

“La poésie est à la fois une cachette et un haut-parleur.” Nadine Gordimer
Ecoute le message de l’ Afrique lointaine et le chant de ton sang (Léopold Senghor)
Les continents se réfèrent à des valeurs différentes :
la pensée en Europe, la parole dans le monde Arabe, le geste en Inde, le signe en Chine et au Japon, le rythme en Afrique.”

    Choisir un nombre de 7 à 21

    Lister 2 noms communs évoqués par l’Afrique pour chaque lettre d’AFRIQUES’

    Ecrire une rime pour chacun des noms communs listés.

    Numérotez vos mots

Vaste continent aux richesses multiples, terre de contrastes, l’Afrique inspire les grands auteurs et nourrit leurs rêves d’ailleurs et d’exotisme. Sous le soleil de la savane, au cœur de la nature luxuriante de la brousse, la diversité des animaux sauvages et des paysages offre un ravissement certain. Car le continent africain ne rime pas nécessairement avec sécheresse, chaleur et famine. Partez à la découverte de cette région du globe, de ses peuples et de ses beautés noires.    La 19e édition nationale du Printemps des poètes, du 4 au 19 mars 2017 se tiendra sur le thème: «AFRIQUE(S)». Ce 19e Printemps des poètes invitera à explorer le continent à travers la poésie africaine francophone. Les poésies de Tahar Ben Jelloun, de Léopold Sédar Senghor, d'Aimé Césaire, d'Abdellatif Lâabi et de tant d’autres auteurs trouveront, dans cette 19e édition, l’écho que mérite la poésie africaine. Entre autres manifestations Samedi 11 mars, 15h « Le chant des possibles : un livre en live, concert littéraire de Slam, poésie, chant et musique de Marc Alexandre Oho Bambé, dit capitaine Alexandre(en hommage à René Char), lauréat, en 2015, du Prix Paul Verlaine de l’Académie Française. Poète tambour, poète slameur,  né à Douala, perpétuant les quêtes essentielles de ses maîtres à penser et professeurs d'espérance, lignée d’auteurs humanistes : révolte contre toutes les injustices, la quête et le refus de vivre « les bras croisés en l’attitude stérile du spectateur ». Un poème est d'ailleurs consacré à Césaire "dont la négritude est / Un poing fermé / Et une main tendue" :

"Ave Césaire"
"Toi
Dont le tempo des mots claque
Comme autrefois
Le fouet
Sur les corps maigres
Des nègres décharnés
Sur lesquels s'acharnaient
Des maîtres insensés."

Le slam, kesako ?

Le slam, décline une certaine idée de la poésie. Il est démocratique au sens où il suppose que «tout le monde est virtuellement poète». Il s'agit néanmoins d'émouvoir l'auditoire par les mots. C'est un art d'improvisation poétique qui retrouverait donc la tradition médiévale perdue de la chanson des troubadours ou débat entre plusieurs poètes. Le slam fait resurgir la rime mais dans un état minimal. Né d'une idée du poète américain Marc Smith en 1986 dans le but de rendre les lectures de poèmes à la fois moins élitistes et moins ennuyeuses1, le slam prévoit des règles minimales, laissant une grande liberté au participant. La discipline repose sur les talents d'orateur, et tend parfois vers le sketch humoristique ou le stand-up. Le mot signifie non seulement « tournoi », mais aussi «claquer ». Né aux Etats-Unis, le slam s'est démocratisé en France et a été popularisé par Fabien Marsaud plus connu sous son nom de scène : Grand Corps Malade. Son histoire a tout de la belle poésie : ses rêves d’une vie dictée par le sport s’effondrent en même temps qu’un accident qui lui paralyse les jambes durant deux ans. Il découvrira le slam en 2003, où il dira Cassiopée, son premier texte. C’est en référence à ce handicap (et ses 1,94 m !) qu’il choisit son surnom. Considéré comme un moyen de liberté d’expression, le slam se pratique sur les planches, avec certaines règles : par exemple, un texte par passage, possibilité de traiter n’importe quel sujet (mais en utilisant ses propres textes), interdiction d’utiliser un instrument de musique ou fond sonore, etc.  On considère que le slam est un mouvement artistique porteur de valeurs : ouverture d'esprit, partage, liberté d'expression et dépassement des barrières sociales.

Consigne d'écriture :  En utilisant tous vos mots ou certains d’entre eux, écrire 
soit du slam, 
soit une sextine (ou quinine..), 
soit une chanson avec refrain 
sur le thème du mot correspondant au nombre choisi en y incorporant une ou plusieurs des citations : “Assimiler sans être assimilé.”De Léopold Sédar Senghor  - “Vivre déraciné, c'est vivre l'enfer.” De Peter Abrahams / Les Noirs  - Le gros baobab a eu pour mère un pépin. Citation africaine ; Pensées et proverbes wolofs (1825) - Qui monte en haut d'une termitière, ne dis point de mal des termites. Citation africaine ; Proverbes batékés du Congo (1822) - La chance n'est pas comme un pagne (étoffe) qu'on met et qu'on enlève. Citation africaine ; Proverbes batékés du Congo (1822) - “Notre cerveau est comme un petit village d'Afrique victime de l'exode rural ; il y a des cases vides.” De Jonathan Muchemblé - Les dents sont l'ange gardien de la bouche. Citation africaine ; Pensées et proverbes wolofs (1825)

 La sextine 

est une forme poétique, composée de six sizains, dont les mots en fin de vers restent les mêmes, mais répartis selon un ordre différent : mathématiquement parlant, il s'agit d'une permutation d'ordre 6. La première sextine est l'œuvre du troubadour Arnaut Daniel au xiie siècle. Forme particulière du canso, elle fut notamment utilisée par Dante et Pétrarque, qui fixèrent son nom, puis Luís de CamõesEzra PoundJoan Brossa et Louis Zukofsky. Système de la sextine selon Arnaut Daniel. À gauche, l'ordre des rimes de la première strophe. Au centre, le système de rotation des rimes appliqué à chaque strophe. À droite, l'ordre des rimes des cinq strophes suivantes.     L'Oulipo s'est également emparé de cette contrainte. Raymond Queneau la généralise en inventant la quenine, modifiant le nombre de strophes, Oskar Pastior l'étend aux syllabes et phonèmes avec sa minisestina (mini-sextine)4Ian Monk la combine avec les mots nombrés pour les « monquines »5, et Hervé Le Tellier se base sur elle pour la structure de son livre La Chapelle Sextine.
Pour faire plus court que la sextine, utilisons la quenine ou quintine sur le même modèle à savoir : 5 strophes de 5 vers et un tercet selon le schéma :  1 2 3 4 5  -   5  1  2  3  4   -    4  2  1  5  3   -   3  1  4 5  2   -   2  4  3  5   1. Dans le tercet, les 5 mots se retrouveront dans un ordre indifférent.   La quatrine, sur le même modèle que la sextine et la quintine (quenine), comporte 4 strophes de 4 vers et un tercet selon le schéma : 1ère strophe : 1 2 3 4    -   2ème strophe : 4 1 2 3   -   3ème strophe : 3 4 1 2    -   4ème strophe : 2 3  4 1  Dans le tercet, les 4 mots se retrouveront dans un ordre indifférent.

Ecrire une chanson

"Le propre de l’art, c’est de ne pas avoir de règles". Pour écrire une chanson, il faut beaucoup d’imagination, partir d’un thème qui vous touche, d’une expérience personnelle ou vous inspirer d’une émotion, d’une revendication, d’une œuvre d’art, d’un film. Après le choix du sujet, créer un petit refrain qui résume l’ambiance et le thème, en général court, pas plus d'une demi-douzaine de rimes. Utiliser un dictionnaire de rimes et de synonymes pour éviter des répétitions maladroites et améliorer le rythme du phrasé. 

19 mars 2017

L'iule et le nénuphar - THEME Jardinage écologique Hervé Mestrallet

CONSIGNES : 1) En écrivant jardinage écologique en vertical, trouver les mots évoqués en choisissant uniquement des noms de plantes ou d’insectes. Dans une deuxième colonne trouver des verbes ou des adjectifs ou des rimes avec les mots de la première colonne. 2) En utilisant tous les mots de votre réservoir, imaginez une fable qui met en scène une plante et un insecte de votre liste, avec un dialogue vif, empreint d’une certaine forme d’humour et dont la fin contient une morale. Elle sera si possible avec des rimes et pour les puristes en alexandrins. En outre, elle ne devra pas utiliser les verbes suivants : aller, prendre, devoir, voir.

Dès la fin de la journée le grand Iule se mit en marche.

Il lui avait fallu une bonne matinée pour dégourdir toutes ses pattes.

Rendez-vous compte mille-pattes !!

Il avait découvert la veille un vieux parchemin dont l’odeur de Jasmin l’avait convaincu qu’il provenait d’un pays lointain.

De Chine peut-être, voir de Syrie ou encore du pays peuplé par les indiens !!

Celui-ci représentait une carte dont il se donna un mal de chien à déchiffrer le sens.

Mais qu’importe son unique vœu était de partir ! il avait besoin d’espace !

Comme sa copine la chenille qui s’était envoyée en l’air très haut avec un papillon

Surtout il ne voulait plus entendre ronfler les acariens qui partageaient sa couche.

Ces êtres ne signifiaient rien à ces yeux.

Moins encore : trois fois rien.

Alors que lui ! La grosse bébête aux mille « papates » il se considérait comme le roi du déplacement en rase-motte.

Il rassembla donc ses cliques et ses claques et sans chercher le début du commencement d’une piste il se mit à débouler sur un chemin pierreux aveuglé par la poussière qu’il provoquait pour suer à grosses gouttes sous la chaleur abyssale d’une soirée estivale.

Son périple ne ressemblait en rien à un tapis de roses papales mais pour soulager ses douleurs aux pieds il s’obstinait à se réciter de la prose sans le savoir comme monsieur Jourdain.

En effet il n’était pas poète pour quatre sous.

Il traversa un champ de patates où il croisa une colonie de doryphores à moitié soul en plein festin.

Il ne put cependant s’arrêter tant le déroulé de sa multi motricité l’emportait toujours plus loin sans lui permettre la moindre pose.

Dans sa boite crânienne sa prose chantante gonflait se remplissant d’anaphores auxquelles il se raccrochait comme on se raccroche aux branches.

Mais soudainement, accablé par ses efforts sous un cagnard qui n’en finissait pas de décliner, sa vision s’obscurcit pour se faire mirage.

 Il pénétrait dans le royaume des mille et une nuits où les senteurs des fleurs d’iris s’immisçaient aux parfums des épices et des herbes de Provence le plongeant dans un ravissement dont il n’émergea qu’à la suite de la chute qu’il fit dans un étang où des batraciens offraient un concert digne des grondements du volcan Malabar.

Un rétropédalage lui permit de rejoindre un rivage qui n’avait rien d’un lupanar.

Diantre ! Comment pourrait-il traverser cette grande flaque?

Il lui faudrait avaler une tonne d’épinards et lui s’était juré de ne pas rebrousser chemin tant qu’il n’aurait pas visité ce paradis aux mille et une endives où il se voyait bien déambuler en Bermuda les poches remplies de dollars pour s’allonger sur des plages de sable blanc comme dans les meilleurs polards.

Il leva les yeux et aperçu le départ d’un bataillon de coléoptères en route vers les Maldives.

En plein dans le coltard il fit des signes désespérés aux ovipares mais sans espoir.

C’est plutôt en hélicoptère qu’il aurait nécessité pour le transporter.

Il lui vint à l’esprit l’idée de se fabriquer une embarcation : une sorte de plate comme on les trouve dans le bocage vendéen.

Il se mit à la recherche de ce bois d’Orme de la montagne dont la réputation de solidité supporterait son imposante carcasse.

Ainsi fut fait.

Bientôt armé de mille pagaies et de quelques maigres pommes ratatinées qu’il avait cuisinées sous forme de gratin notre gros insecte s’engagea sur cette mare couleur rouille accompagné de limaces confinées au cœur de la feuille de salade qui tapissait le fond de son engin.

Dès le début de sa traversée il fut abordé par une orchidée aux formes parfaites qui lui présenta un bouquet de pâquerettes qui dégageait des effluvesaphrodisiaques.

Mais rien ne pouvait retarder sa marche.

Seule l’obsédait sa quête... là bas tout au fond de notre planétarium.

Soudain l’apparition d’une dame nénuphar couleur rouge vive qui jouait de l’harmonium accompagné d’un géranium à la trompette le mit en transe.

Il se mit à frapper sur sa tête de ses mille-pattes.

Puis bravant les ulves qui s’accrochaient de toute part pour s’opposer à son évasion il se rapprocha tout en poussant des hululements pour attirer l’attention de la belle fleur à souder sur place un peloton de morpions et lui présenter son plus beau quercitron.

Il fit tant et si bien qu’il fut projeté de toute sa masse par delà les eaux au plus profond des entrailles terrestres.

Il n’en ressortit point.

La morale de cette histoire est qu’il ne faut jamais vouloir péter plus haut que son cul...

 

 

1) Jasmin, Parchemin , Acarien,Trois fois rien, Rose , Prose

Doriphore,Anaphore, Iris ,Epice, Nénuphar ,Malabar,

Epinard                  Lupanar Coléoptère              Hélicoptère

Orme                     Pomme  Limace                   Espace

Orchidée                Souder  Géranium               Harmonium

 Iule                        Ulule  Quercitron              Papillon

Ulve                        Effluves  Endive                     Maldive