Toi mon camélia blanc,

Regarde le bel iris dressé devant toi.

Amie, ton parfum de jasmin m’a mis en émoi

Marions l’oiseau d’or à la corbeille d’argent 

O, instant sacré où je déshabillerai l’innocente marguerite

N’aie pas peur de ma gueule de loup, j’ai patte blanche

Tu me laisseras cueillir ta fleur de coquelicot

Accepte, ô timide, la digitale de pourpre

Nue sur ton lit de pétales de roses, donnes-toi sans attendre

Ephémère, la fleur de la passion meurt si vite entre nos mains.

Lylya