La lune, dans sa majesté, était souriante
Mystérieuse, elle devint ronde,
La grenouille se prélassait dans l’onde
observant la lune croissante

Symbole de sagesse et de fécondité
Elle aimait sauter dans la clairière
Sans craindre que l’aigle, d’un vol royal, ne quitte son aire,
Et rieuse, se promenait sous la lune argentée.

Un jour, quittant sa mare, elle entendit un sifflement.
Alors, elle s’adressa à son ami le lapin.
« Quel est ce bruit curieux que j’entends sous les pins ? »
« C’est, lui répondit-il, un serpent ondulant. »

«Méfie-toi de ce prédateur cruel et rapide
Il se promène dans les cailloux, sa peau est visqueuse
Sa reptation est masquée par les herbes, sa langue est venimeuse
Si tu n’y prend garde, il t’engloutira dans un estomac vide. »

Merci mon doux ami, mais ne vois-tu pas l’aigle noir ?
Majestueux, il plane dans les airs
Je l’entends qui fonce vers la terre
Ciel il emporte dans ses serres le serpent prêt à boire.

Mon ami le lapin, tu as une si jolie peau
Tu es curieux et craintif et si agile,
Je t’aime parce que tu es tendre et habile,
Cachons-nous vite sous l’arbrisseau.


Il n’y a pas de grenouille quine trouve son crapaud