On avait pensé à inviter le manchot à l’œil jaune. On l’appelait ainsi à cause de son œil un peu jaune. On voyait bien que sa vision portait loin. On regardait son iris pailleté d’or qui lui valait son surnom. On le voyait rarement avec des lunettes qui auraient pu cacher cet œil jaune.  On pouvait ainsi distinguer sa pupille qui vous fixait avec attention.

Mais pourquoi l’invitait-on partout ?  Où que l’on aille il s’y trouvait le manchot à l’œil jaune.  Et puis, un jour, il ne vint pas !

On se posa moult questions sur cette absence. Avait-il mis un tour de vis dans sa vie ? On imagina plein de choses : il cultivait maintenant des violettes dans une région lointaine ; il fabriquait des pupilles en cristal pour un grand faiseur ; il conduisait une paire de bœufs dans des courses en Inde ; il tirait la perdrix répondant à une autre invitation ; il avait la vue qui baissait comme celle des notaires penchés sur des grimoires ; il était à la recherche d’un habit neuf éblouissant s’accordant à son œil jaune pour nous surprendre.

Il avait compris que seul son œil pailleté d’or attirait l’attention ;  il pensait avoir peut-être commis une bévue à une précédente invitation.  Il ne se rendait pas compte de l’orage qu’il avait provoqué par son absence. Des éclairs de suppositions fusaient. Son éclipse, comme celle du soleil intriguait. Viendrait-il à la prochaine invitation ? Son œil jaune apparaîtrait à la prochaine fête ? On espérait ne pas verser de larmes de chagrin mais de bonheur.

Qu’il revienne ! Son établi aux multiples outils réclamait sa présence.  Son absence provoquait un urticaire généralisé et chacun était pris de gratouilles en constatant son absence à chaque invitation. Le xylophone avait beau jouer la musique qu’il aimait, il ne revenait pas. On implorait ciel : rien.   On envoyait les manchots à œil jaune à sa recherche, rien !  On imaginait le pire et le meilleur.  On faisait  de grands feux sur la plage : rien ! 

On perdit tout espoir de son retour.  Peu à peu, au fil du temps, il entra dans la légende en tant que personnage énigmatique.  On ne sut jamais d’où il venait.  On ne sut jamais où il avait disparu.  Les yuccas qu’il avait plantés avaient grand besoin de lui.
AG  2/12/2013