Le couturier présente une collection aérée au sommet des montagnes, lieu pour le moins inattendu et qui a fait grogner ses admirateurs. Revenant de la savane on aurait pu s’attendre à une collection exotique or sa collection offre à ses admirateurs des motifs inattendus de gorgones et de gorets dans un ton pastel rose et or.

A-t-il bu quelque breuvage dont il aurait une soudaine addiction et qui le fait s’exprimer de manière étrange quoiqu’élégante ?

Un couturier revient d’un voyage confortable dans la savane. Il y a examiné et admiré les girafes courir puis s’immobiliser avec un port élégant. En avion, non seulement il a souffert d’un torticolis douloureux,  mais il a aussi eu le mal de l’air identique au mal des montagnes et au mal de mer. Pour se soigner et comme il était assoiffé, il a versé dans son gosier une boisson qu’il a eu du mal à déglutir et qui lui donne le fou-rire.  

Appuyé confortablement sur les accoudoirs de son fauteuil, après avoir roulé dans un engorgement de voitures, un bouchon pénible, où il s’était imaginé dans une agora remplie d’une foule au roucoulement de colombe, il se mit à concevoir sa future collection artistique couleur or et rose à motifs ciselés de gorets et de gorgones et malgré ses conseillers, il décida de faire façonner sa collection inattendue, sa nouvelle addiction.

Il décida aussi de la présenter dans un col de montagne, obligeant ses invités à grimper et à s’élever vers cette collection inattendue, éprouvant un malaise comique et étrange.