Il y a très longtemps, en un âge oublié,

Un âge où les humains vivaient sur l’océan primordial,

Un océan luisant et étoilé, leur univers,

Un univers parcouru d’esquifs ondoyant comme des ulves géantes loin des ressacs ;

Le ressac, furieuse frontière, extrême avertissement avant l’inconnu des îles,

Les îles, cette « terre ferme » où ne s’aventuraient que les plus audacieux…

Audacieux oui, tels les ostréiculteurs qui travaillaient autour des côtes,

Au pourtour de la terre, au pourtour de la mer, comme entre le jour et la nuit…

Un jour donc, ou peut – être plutôt une nuit, de ceci la tradition est incertaine,

une certaine « Yole – poisson volant », la vigilante des timons, sollicita la parole devant le Conseil.

Le Conseil écouta attentivement, car Yole savait prévoir les tempêtes à venir.

« Notre avenir, ô sages assemblés, est sombre,

Sombre, car par ignorance nous salissons la terre des îles, origine du monde. »  

[… ? ]  

Séance du 30 mai 2015 – Quelle mer pour demain ?