Mon ami,
Voici ce à quoi, au fil du temps j’ai dû réfléchir :

Séquencer un chronomètre !

C’est certes une gouttelette de folie de la part de mes professeurs scientifiques,
pour analyser le passé, mais c’est dans l’air du temps.

Ils sont allés voir une agence de location de chronomètres et sont ressortis avec autant de chronomètres que d’étudiants…

Nous avons dû travailler jusqu’à l’aurore et la lumière du jour perçait à peine !

Nous avons pris du retard à cause d’un ouragan. Le temps perdu ne se rattrape jamais !!!

Le tonnerre grondait, les fleurs se refermaient pour épargner leurs pétales. C’est avec impatience que l’hiver s’imposait.

Nous poursuivions notre travail et nous prenions notre temps  comme un concours entre les étudiants bien que ce soit déjà les vacances d’hiver.

Nous n’entendions plus la musique qui flottait dans l’air à cause de la tempête et des éclairs.

Plus tard, les  chronomètres nous apparurent ensoleillés dans l’air matinal. Il ne faut pas tarder à écrire nos conclusions malgré nos cerveaux   non pas embrumés mais enneigés par la fatigue des nuits à réfléchir à :

« Comment séquencer un chronomètre ! »

Minuter, prévoir le temps précédent, le temps postérieur, en deux temps trois mouvements !

Vivement le mois de mai sans pluie… les secondes passent… Mon cerveau est sec comme un morceau de bois mort….

Séquencer le chronomètre en minutes ou en secondes ?

That is the question… qui nous fait perdre notre temps !