Malgré le CRAF qu’on lui avait offert (objet rond et lisse qui calme les nerveux),  Jérémie était très excité et très nerveux. Il parlait à tort et à travers et il avait la langue bien pendue et même la dent dure ! Il ne savait pas tenir un secret, jamais il ne réussissait à tenir sa langue.

Il était grand, élancé. Jeune, il avait de jolies boucles blondes et à présent il avait le crâne rasé aussi poli qu’un œuf. Très coquet, il allait s’habiller de pied en cap chez les plus grands couturiers. Il aimait aussi s’habiller à la manière d’artistes comme Aristide Bruant avec une grande écharpe rouge.

Jérémie avait le nez fin et espérait devenir un « NEZ » chez Fragonard. Il partait parfois seul dans la montagne à la recherche d’essences rares, mais comme il était tête en l’air, souvent il se trompait de chemin et revenait bredouille.

Lorsqu’il avait quelque loisir, il adorait jouer du luth : cela le calmait plus que le CRAF. Parfois il s’adonnait à des tours de magie et préparait des potions avec sa morsche (cuiller utilisée pour les potions magiques).

Sa sensibilité extrême, il la partageait avec les enfants  à qui il racontait des histoires en leur posant des devinettes jusqu’à ce qu’ils donnent leur langue au chat.

Jérémie était un homme distrait, mais sympathique malgré ses nombreux défauts.