Avez-vous le compas dans l’œil ,
Bravement vous avez questionné ma galéjade !
Cette cascade éphémère de mots élégants vous parait-elle kafkaïenne ?
Dans le blanc des yeux, je vous regarde comme j’observe les libellules et j’affirme :
En prenant la poudre d’escampette, vous n’êtes pas rusé !
Faut-il alors me justifier et par amitié vous l’expliquer sans vanité ?
Galéger est un plaisir, une ruse, un jeu onirique sur les mots.
Heureux celui qui n’hésite pas et arrive à en abuser jusqu’à l’extase !
Il ne faut pas  les brutaliser mais les transformer en joli kaléidoscope …
Kaléidoscope d’images indolentes suggérant parfois une île et ses plages de sable sous les étoiles.
L’œil s’arrête rarement sur quelque chose et seulement quand il y a reconnu le signe d’ autre chose
Maître de la mémoire, téméraire, il transforme et organise en périphrases et en images ces mots qui nous font les yeux doux
Naissent alors ces galéjades dont je vante et mesure l’astuce et qui se succèdent comme un jeu de dominos.
Osez, mon cher ami, apprécier avec tendresse les galéjades
Peut-être croyez-vous que ce ne sont pas des mots d’esprit
Revenez à plus de simplicité et xylographiez mes galéjades
Susurrez-les avant de vous endormir :
Transformez-les en chansons à yodler
Une ruse pour les faire apprécier !
Voyagez dans la fantaisie et l’humour
Windsurfez sur la yole des papivores
Xylophages,
Yoyotant et
Zézéyant