Atelier d’écriture PLUMALIRE© du 20 février 2018

En écrivant en vertical, « autobiographie » mettre dans la première colonne des mots de 5 lettres commençant par les lettres d’autobiographie, dans une deuxième colonne mettre des mots de 5 lettres qui riment avec ceux de la première colonne, puis dans une troisième colonne mettre un nom de 5 lettres évoqué par le mot de la première colonne.

Autre                         votre                   sente

Utopie                       tapis                    rêves

Tyran                         mitan                  chefs

Obèse                        orthez                 lourd

Baisé                          pausé                  niqué

Imago                        frigo                    pupes

Ortie                          bâtie                   plant

Grand                        amant                 géant

Rusée                         misée

Abusé                        prisé                   

Poêle                         frêle                    fioul

Hotel                          motel                  nuitée

Inter                           moder                 entre

Elimé                          abusé                  abimé

A présent composez un texte, qui intègre tous les mots de votre réservoir en ayant une approche autobiographique.

Me connaissez-vous ? Voulez-vous vraiment me connaître ?

Tyran le matin, imago à midi prêt à renaître.

J’aime les orties, les utopies et les rêves.

Me voici dans la vie agité et trépidant : pas de trêves

Savez vous ce que je vais devoir faire ? Abusé une nuit dans un hôtel…

Me voici à présent épave humaine, élimé, abimé dans ce motel.

Savez vous que le moder est une sorte d’humus prisé des poètes

Mari la nuit, amant le jour, malin le midi, tous les instants sont des fêtes

Quel vertige que d’être soi ! Plume ou rémige, il faut être roi.

Que me manque-t-il ? Un baiser posé sur le bout du doigt ?

J’aimerais que cet imago frêle se métamorphose en elfe élégant.

J’aimerais aussi me transformer en un éléphant obèse bien installé au mitan.

Mes amis me voient ainsi : quelles qualités ? Rusé peut-être, grand assurément.

Quels défauts, quels tocs ? Sans aucun doute obsédé textuel.

La voici la rime attendue, la composition consensuelle.

Mon rêve aurait été d’être bâti comme un Hercule,

Mais face à la planète terre, je me sens bien minuscule.

Je suis libre tel un jeune plant forestier de pousser à mon gré

Je ne me laisse pas gouverner par mes peurs, mais mes fantasmes me hantent volontiers.

Étienne KOCH