Il y a toujours un rêve qui veille…        
Le monde est ainsi fait de songes bleus et roses qui sommeillent en formation dans les limbes de votre esprit et y demeurent à proximité de vos désirs.
Son rêve, d’ailleurs, quel était-il ? Multicolore, il l’avait toujours près de lui. Sa proximité était nécessaire à son bien-être, lui faisait battre le cœur et ferait palpiter celui de ses lecteurs et de ses connaissances. Son rêve, c’était de voyager dans les nuages et dans les mots, son rêve c’était de devenir écrivain

Loïc était à l’orée d’une forêt et cherchait un thème d’écriture, un rêve récurrent. Il aperçut un caméléon, animal sympathique capable de changer de couleur. Il prit sa plume et se mit à écrire.

Sous un ciel constellé d’étoiles, par une nuit noire, un éléphant dormait d’un sommeil profond au pied d’un baobab monumental. A proximité une renarde rusée observait un  ours qui cherchait du miel et lui cria : 

« Eh, l’ami, tu es bien gourmand…….. et je sais ce que tu cherches. Tu seras déçu, car, ici, il n’y a point d’abeilles ! »

L’ours la remercia et fit contre mauvaise fortune bon cœur. Il retourna dans sa tanière d’un pas lourd.

Un caméléon passa à proximité du baobab. ! Dame Renarde avait bien sûr un cœur d’artichaut ! La bouche en cœur, elle fit les yeux doux au caméléon.

Elle frémit en apercevant un urubu planer au-dessus d’eux, ses ailes noires frémissant d’impatience.

Ce vil rapace avait observé que Dame renarde faisait le joli cœur au caméléon en espérant le séduire ! Bonne affaire, pensait-il, « Je vais les saigner tous les deux » 

L’urubu se frottait déjà les serres l’une contre l’autre !

Soudain, l’éléphant qui sommeillait à proximité se mit à barrir. La peur envoya Dame Renarde et Sire Caméléon valser au creux du baobab et l’urubu s’envola au loin, le cœur en berne.