Beau village perché du Haut-Pays
Aux couleurs chatoyantes de l’automne
Inspire le poète, le peintre de ton atmosphère
Redonne de la vie, du souffle aux assoiffés de nature
Ose montrer tes beautés, tes secrets
Laisse venir à toi les amoureux de la vraie vie
Soit  bienveillant aux blessés de la tourmente.

Balzac t’aimait magnifié
Rostand lui t’aimait écharpé
Istrati t’aurait à son tour embelli
Rodin t’aurait sculpté à jamais
Orsenna t’aurait emmené dans ses errances
Lulli t’aurait composé un menuet
Sully t’aurait bien trouvé une spécialité.

Bairols où je n’ai vu ni bourrelier, ni ânier
Au détour de multiples chemins
Isabeau, elle, s’y promène entre arbousiers et oliviers
Rejoint Benoît et Antonin pour aller voir Luna
Organiste de son état ainsi que Romane
Libraire et parfois scénariste pour le plaisir
Seules au monde enchanté de Bairols