13 octobre 2011

Rébellion - Fourre-tout 26

9 septembre 2011  J’ai décidé de faire dans la rébellion.   Premièrement : je n’irai plus aux toilettes à l’heure de la pause pub du film du soir.  Plus exactement j’irai tout de même mais je ne tirerai pas la chasse. Non mais. Assez de se faire passer pour des idiots. MédiaChose et autres comparses auront de quoi se mettre sous la dent : « constatez vous-mêmes, messieurs les actionnaires, l’audience des ménages pendant les publicités a augmenté de 25% en un an : les Français restent maintenant... [Lire la suite]
Posté par plumalire à 11:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

13 octobre 2011

Bons soins - Fourre-tout 25

29 août 2011  Un jour radieux se lève et le soleil inonde déjà le balcon d’Annie. Quand donc viendra l’automne, s’impatiente-t-elle en inclinant les persiennes. Les contraintes de l’été la fatiguent. La chaleur l’incommode quand elle vaque à ses occupations et dieu sait si on ne peut l’accuser de fainéantise. La petite dernière l’inquiète, sur le piano. Point de signe réellement alarmant mais le souci provient justement de cette absence de signe : rien à l’horizon. Annie la contemple à nouveau, se remémore les soins... [Lire la suite]
13 octobre 2011

Mémoire - Fourre-tout 20

9 juin 2011  Le dernier oncle vient de partir, j’ai entendu la porte se refermer. Maman va enfin soupirer, contempler les restes, se ressaisir. -          que vas-tu faire de tout ça ? Tout ne tiendra pas à la maison -          je sais bien ; je vais en donner une bonne partie, notamment ses meubles de cuisine. J’espère qu’Emmaüs voudra bien les prendre. J’avais pensé que le partage entre maman et ses frères débarrasserait davantage... [Lire la suite]
Posté par plumalire à 11:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
24 août 2011

AU PUB en IRLANDE

11 août 2011   Ses mains sont recroquevillées. Il les regarde de biais. Avec la méfiance qu’on accorde aux traîtres qu’on n’a pas vu venir. Et un pincement de tendresse au cœur : les crevasses prouvent qu’elles ont bien servi. Il a lacé ses chaussures, bu son whisky, coupé son bois, saisi des nichons. Sans jamais penser à ces artisans muets des prodiges de chaque jour. Il a tout exigé, maître absolu et aveugle. La flamme de la bougie virevolte et caresse d’ombres les doigts brunis, la Guinness qui patiente, le bois tanné... [Lire la suite]
Posté par plumalire à 09:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 juillet 2011

MECCANO

v\:* {behavior:url(#default#VML);} o\:* {behavior:url(#default#VML);} w\:* {behavior:url(#default#VML);} .shape {behavior:url(#default#VML);} Normal 0 21 false false false FR ZH-TW X-NONE MicrosoftInternetExplorer4 ... [Lire la suite]
16 juin 2011

Doute

16 juin 2011   Le mois dernier je suis « descendu » à Paris, Lille-Roissy TGV -très pratique-, pour une exposition Renoir au Grand Palais et la visite d’un ami de longue date, ainsi justement nommé puisque nous fréquentions la même école primaire et qu’à présent cette époque correspond réellement à une réalité très ancienne. J’étais guilleret de fouler à nouveau le sol de la capitale, ragaillardi à la vue des immuables temples parisiens dépositaires d’histoire et de culture : ainsi encore ils étaient là,... [Lire la suite]
Posté par plumalire à 10:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
10 juin 2011

Patient

Patient  L’homme s’est assis au bord de la chaise et la position inconfortable n’empêche pas sa jambe droite de tressauter méthodiquement. Il attend. Le médecin cherche son dossier dans l’ordinateur. Sur le vaste bureau d’acajou des piles branlantes de revues encore emballées. -  alors, voyons, la dernière fois que nous nous sommes vus c’était… il y a trois mois, presque jour pour jour. Le médecin reporte son regard sur le patient : -  alors ce dos, comment va-t-il à présent ? -  ben… c’est... [Lire la suite]
Posté par plumalire à 17:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
03 mai 2011

Les maisons jumelles

30 avril 2011  Sa voiture passait chaque jour devant les maisonnettes jumelles. Son œil distrait aurait pu les ignorer comme le reste des habitations et des jardins de la rue familière. Pourtant le regard se tournait involontairement sur la droite, à hauteur de ces deux bâtisses qu’elle avait vues, non sortir de terre (un vague carré creusé sur un mètre de profondeur ne peut servir de racines), mais se dresser avec la rapidité d’une construction de légos.  Dimensionnée au terrain, l’étroitesse des murs, des portes et des... [Lire la suite]
Posté par plumalire à 13:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]