08 novembre 2015

Le temps c’est de l’argent …. Bouteille à la mer

Mon ami, Voici plusieurs histoires, tout d’abord une histoire de course que j’aimerais te conter au fil du temps… L’atmosphère était lourde… Le retard ne permettait pas de rester zen. Il ne fallait pas perdre de temps. L’écoulement du temps s’égrenait et nous attendions la fin de la course. Nous nous étions fait un film sur le déroulement du concours. Les minutes passaient…. Quelques-uns parlaient de Boudhisme et ne révélaient aucune impatience. Ils n’étaient pas de ceux qui n’ont jamais le temps. D’autres en colère ne pratiquaient... [Lire la suite]

17 février 2014

BLEU

                                                        Echappé de l’hippodrome , un cheval, le nez au vent, la narine frémissante, arriva à l’hôpital en faisant du tintamarre. Devant lui, un babouin à la chute de reins bleue et éminente attendait ; il se mit dans le rang pensant, en argot,  au bourre pif  qu’il lui mettrait bien, tout en faisant un pied de nez ! Un coup de poing ganté... [Lire la suite]
Posté par plumalire à 19:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
11 février 2014

LA FOLIE

Atelier du mardi 28/01/14 : A partir du mot NEZ, lister 45 mots dont les 2/3 sont des mots évocateurs, et le reste des rimes associées. (Pastiche d’un dialogue tiré d’un roman) Thème retenu (20ème mot de la liste) : La folie -        Qu’avez-vous dit cher ami ? Il est mort-né ? -        Eh bien oui, il en a le parfum, -        Ça, c’est ce qu’on appelle avoir du nez ! Mais l’avaient-ils mis... [Lire la suite]
17 janvier 2013

Lettre à une amie

Chère respiration, T’ai-je dit combien tu m’étais chère, voire indispensable ? Chaque fois que je danse sur une scène, tu me permets en moins de deux de me transformer. Comme une chrysalide, j’évolue sous la lune et chaque soir j’observe son évolution. Aujourd’hui je fais ce que je ne pourrais faire demain. C’est toi qui me donne la santé, qui m’incite à rire trois fois par jour,  me convie à déguster une douzaine de desserts en deux temps trois mouvements. Et, lorsque je vais au cinéma, chère respiration, je te retiens... [Lire la suite]