On raconte dans les environs, la légende du Graal et de la girouette de l’église de Gourdon. Grise plutôt qu’argent, cette girouette domine le village depuis la construction du monument sacré. On murmure tout bas qu’elle aurait été témoin de la venue des Chevaliers du Temple et que depuis, elle serait immobile, contemplant le ciel quel que soit le temps. Ceux-ci, auraient caché le Graal dans les caves de la sacristie. Seuls, quelques vieux du village savent encore où est enterrée cette coupe sacrée mais ils n’osent parler, de crainte du kombu, ce fouet des sorcières, châtiment ô combien douloureux affligé à ceux qui trahissent les secrets. Les grenouilles de bénitier en font des gorges chaudes et elles affirment à qui veut l’entendre et jurent sur les Saintes Ecritures, que la grand-mère de leur grand-mère et encore plus loin dans la lignée, les femmes racontaient déjà cette histoire.  On aurait vu, par un petit matin d’hiver alors que la neige était épaisse, traversant la rivière, passant par le Grand pont, remontant la Grand-Rue, un gnome, Haubergier dans son pays, accompagné par des hommes de haute taille vêtus de la tunique blanche à croix rouge des Templiers. Ces hommes venant de Corse et même du plus lointain pays d’Afrique, auraient ramené dans une grande cage trainée par un gnou, une girafe et un gorille, un coffre dont nul n’aurait connu le contenu. Ce cortège se serait enfermé longuement dans l’église. La lumière des bougies aurait permis aux plus audacieux, de voir que la magie était à l’œuvre. Une
grande peur aurait saisi les villageois car des bruits de clous qu’on enfonce, des plaintes et des prières auraient retenti trois jours durant. Certains auraient même prié la fée Noémie, Grande Protectrice du village pour qu’elle intercède auprès de la Sainte Vierge. Seul le gnome ne ressortit pas de l’église … on dit qu’aujourd’hui encore, il veille sur le coffre et personne n’oserait s’aventurer dans les entrailles de la chapelle de crainte d’y rencontrer le gnome transformé en Golem.
C’est ainsi qu’à Gourdon, cette histoire est racontée à chaque messe de Minuit depuis des siècles. C’est le seul jour où la Girouette claque au vent comme pour rappeler à tous que le secret doit continuer à être protégé.
Corine Oggero
6 février 2019